Le renversement des utopies ...

J’ai grandi avec des rêves d’abolition des frontières.

J’ai d’abord chanté avec Karim Kacel:

Souvenez-vous des armes qui étaient en fer
on les a fait fondre
et construit un pont au-dessus des mers
tout autour du monde

Puis, à tue-tête, ce refrain de Molodoï:

Nations sans prisons
sur la terre sans frontière
Extermination
des champignons nucléaires

La paix, c’est l’unité. La fraternité, c’est ouvrir les frontières, avant de les faire disparaître. J’ai lu des romans de science-fiction, et rêvé d’un gouvernement mondial, égalitaire et progressiste.

Mais la mondialisation néolibérale n’a pas le goût de mes rêves d’adolescent, et j’ai découvert que le tout petit pouvait lui aussi être porteur de grandes ambitions. Que travailler à une autonomie locale n’allait pas contre l’utopie d’une fraternité mondiale, et que c’était même peut-être par là, plutôt que par un gouvernement planétaire, qu’on pourrait la réaliser, ou du moins s’en approcher. Les Amap, les coopératives, l’habitat partagé, l’écologie pratique et politique, la ZAD… sont des ouvertures dans le champ des possibles.

Aujourd’hui l’Écosse choisit si elle veut être indépendante ou non. Bien que n’ayant pas creusé les positions qui s’affrontent, j’ai l’impression qu’une partie des arguments pro-indépendance rejoignent ce front renversé des utopies contemporaines. Prendre son indépendance est une manière de revenir vers le peuple. Alors que tout concourt à nous éloigner des centres de décision (en France la réforme territoriale en cours en est un bon exemple), l’Écosse est peut-être en passe de tenter le mouvement inverse. Si c’est l’enjeu, alors c’est oui. Scotland, Declare independence!

 

Dites 33 ...

Dix jours maintenant que je traîne un satané rhume. Cerveau ralenti et sinus dégoulinants, je tente vaille que vaille de tenir mes engagements, en essayant de me coucher plus tôt que d’habitude. Et ce matin, je reçois une lettre de ma grand-mère, que voici en intégralité:

Hello,

Tu vas bien permettre à ta mère-grand, pour qui ses petits enfants sont une vraie richesse et un immense bonheur, de dire à l’aîné d’iceux que: quand on est très fatigué et que, comme toi, on a de lourdes responsabilités, c’est complètement idiot de ne pas consulter un médecin. Il y a plein de choses avec des plantes qui soulagent et qui donnent du tonus, des oligo-éléments. Il y a une boisson à base d’aloé véra (demande à Pascale, elle connaît le nom) tout à fait tonifiante.

Sacrebleu, n’attends pas d’être totalement HS, car tu te mettras à cafouiller de partout et tu auras un mal fou à remonter la pente. Tu n’as qu’une peau et une vie et les tiens tiennent par dessus tout à la garder en bon état.

T’as compris ? Bon, alors ça va.

Mille tendresses à vous quatre,

Ninette

Ma chère Ninette, ma mère-grand aimée, j’ai suivi ton conseil par anticipation. Samedi après-midi, je suis allé à la piscine avec un ami médecin. Avec lui et nos enfants respectifs, on s’est bien amusé. Il m’a dit que les rhumes, en ce moment, traînent. Je continue à prendre des huiles essentielles de temps en temps. Et puis l’eau de Nancy est thermale: je n’ai plus de courbatures. C’est déjà pas mal, non ?

… et des poussières ...

La patience, dit-on, est une vertu. Mettez-vous donc ça dans la tête, bande d’impatient-e-s qui attendez le faire-part de naissance d’Achille depuis un peu plus d’un an! Sachez aussi qu’il est prêt, livré chez nous. Et, dit-on, bientôt chez vous.

Achille et son faire-part de naissance

Peut-être ...

Gaspard, quatre ans et demi:

— Papa, aujourd’hui tu vas à la licence kro?
— C’est la licence pro.
— Mais tes étudiants, ils disent peut-être licence kro…

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework