Ils n’arrêteront jamais

Si l’aspect purement idéologique de l’acharnement contre la Grèce avait encore échappé à certains, qu’ils se plongent dans les compte-rendus de ce soir (ici et par exemple). L’Eurogroupe, qui refuse de parler de réduction de la dette grecque, envisage sans rire d’exiger de la Grèce qu’elle soumette certaines lois aux institutions européennes avant de consulter son propre parlement. Et comme Tsipras et Syriza ont eu la mauvaise idée de faire voter quelques textes depuis leur arrivée au pouvoir, ben on va leur dire de les abroger vite fait bien fait, sinon on discute plus. De toute façon si t’es pas d’accord, tu sors de l’euro.

Sur Twitter ce soir, un hashtag commence à faire florès: #ThisIsACoup. C’est un coup d’État. Rien d’autre que cela. Contre un gouvernement de gauche qui a l’outrecuidance de vouloir tenir ses promesses. Contre un peuple meurtri que son bourreau n’hésitera pas à achever.

Seul espoir : les membres de l’Eurogroupe ne sont pas tous d’accord, et c’est certainement à la résistance du gouvernement grec qu’on doit de voir apparaître ces premières fissures. Il faut enfoncer le coin. Contre le coup d’État, le soulèvement des peuples.

Mise à jour, lundi 13 juillet à 22h50.

C’est encore pire que prévu. D’une réunion marathon, la Grèce est sortie lessivée, dépossédée de sa souveraineté et Tsipras, humilié. L’Europe, comme elle semble s’y habituer depuis qu’a été foulé aux pieds le référendum français contre le TCE en 2005, a joué une fois de plus « contre les peuples et la démocratie », en imposant au premier ministre grec « une reddition sans condition », lui qui était pourtant issu du suffrage universel, qui avait été largement soutenu par un référendum et à qui son parlement avait donné un mandat clair de négociation. L’Europe est fautive, et je garde l’article défini à raison : chefs d’État et ministres des finances ont tous validé ce dépeçage criminel d’un pays qui n’a pas commis d’autre crime que de porter un gouvernement de gauche à sa tête. Aujourd’hui, l’extrême-droite doit se frotter les mains. Elle n’a plus qu’à attendre pour cueillir les fruits pourris de cette démocratie malade.

Un commentaire

  1. Anne-Martine VUILLEM
    Publié le 14 juillet 2015 à 20:28 | Permalien

    J’ai hésité un moment avant d’écrire. L’histoire ne repasse pas les plats. Néanmoins, il y a des airs de choses connues qu’on aimerait mieux voir rester du domaine de l’histoire, justement.
    L’excroissance de fauteuil roulant, Schaüble, n’en a rien à faire de la Grèce. Après tout, quelques millions de personnes humiliées, quasi anéanties, où est le problème ? Le problème, c’est la France à laquelle il voue une haine féroce et qui, de toutes façons, est bien plus rentable que la Grèce en terme de dette à payer très cher pour le bien être des retraités par capitalisation allemands. Il l’a ouvertement dit à Tsipras et Varoufakis (voir les différents articles, interviews à ce sujet et ne pas négliger le livre de Mélenchon, Le Hareng de Bismarck). Mélenchon qui est, à ma connaissance, le seul homme politique avec le Parti de Gauche, à dire ce qu’il faut dire entre autres sur la position de la France et des apprentis-Chamberlain qui vont du PCF à EELV en passant bien entendu par Hollande. L’Allemagne ne peut plus faire la guerre par les armes ; elle l’a fait autrement. Bien aidée en cela par les grandes banques mondiales dont le budget est égal au montant de la dette mondiale.
    Surtout, ne pas crier avec les loups contents de la “trahison” de Tsipras. La Grèce a besoin d’autre chose et nous aussi. Les choses sont suffisamment difficiles pour eux. Lire et relire les interventions de Varoufakis, de la présidente du parlement, entre autres sur Médiapart. N’étant pas abonnée aux réseaux sociaux, je n’ai pas d’autres informations hormis les renvois des articles.
    Bises. Tantine.
    Post scriptum ( je l’écris en entier : les initiales me font gerber ) : bien, les vainqueurs du week end.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework