Je fais à la Phynance le don de vos personnes

Première réaction, à l’écoute du journal parlé de neuf heures : « Coooooonnards ! » L’apostropre s’adresse, vous l’aurez compris, aux membres du gouvernement et à notre cher et bien-aimé Nicolas « Casse-toi-pov’con » Sarkozy, à l’occasion de l’annonce du plan pour « sauver » les retraites1. J’aurais pu dire également, puisque j’écoutais une radio de service public : « Encuuuuléééééééééés ! », parce que ça se hurle bien aussi. Mais il paraît que c’est grossier, et puis c’est insultant pour les sodomites que de les comparer à ces tristes sires.

Ceci dit, je ne peux quand même pas en rester à l’insulte, qui n’est pas un moyen de débattre très évolué, bien qu’il fasse du bien, le matin, devant son thé et ses tartines. Alors j’argumente, et je qualifie ce gouvernement d’hypocrite et de criminel. C’est pas des insultes, c’est des constats.

Hypocrite, car après tout, il n’y avait aucune surprise dans l’annonce de ce matin. L’âge de départ à la retraite repoussé à 62 ans, non seulement on s’en doutait, mais les fuites organisées ces derniers temps l’avaient amplement confirmé. Hypocrite donc, car ce gouvernement, qui avait décidé de son plan il y a bien longtemps, a tout fait pour temporiser et ne l’annoncer qu’à l’orée de l’été, histoire d’éviter au maximum les manifs. Comme si on préférait que le peuple ne donne pas son avis sur une décision qui le concerne, mais qui se prendra sans lui. C’est pas très glorieux pour des gens qui prônent une démocratie exemplaire2.

Criminel, ensuite, à cause des conséquences de cette « réforme ». Quels sont les arguments du gouvernement pour repousser l’âge de départ à la retraite ? Je devrais dire l’argument, car il n’y en a qu’un : on vit plus vieux, donc on doit travailler plus longtemps. Ce serait logique si ça n’était pas complètement idiot. Si on vit plus vieux, c’est en effet en partie parce qu’on travaille moins. Nos gouvernants ont beau être de fieffés salopards, ils ne peuvent pas l’ignorer. Comme ils ne peuvent pas ignorer que repousser l’âge de départ à la retraite, dans le contexte par eux organisé de destruction des protections sociales, de l’école et de la culture,  se traduira inévitablement par une baisse de l’espérance de vie des catégories que l’on disait autrefois « laborieuses ». Le gouvernement met donc en place un vaste plan de mise en danger de la vie d’autrui. C’est criminel.

Il y a soixante aujourd’hui, le maréchal Philippe Pétain, membre de l’Académie française, vainqueur de Verdun et fusilleur des mutins de 1917, faisait à la France le don de sa personne et à Hitler le don de la France. Aujourd’hui, Sarkozy fait à ses amis banquiers le don du sang du peuple français — un sang très pur, dont toute trace étrangère a préalablement été repoussée à la frontière. Il y a soixante ans dans deux jours, un général au grand nez lançait un appel à la Résistance qui, ma foi, avait fini par donner quelques résultats intéressants. S’il y avait dans ce pays quelques syndicalistes au nez fin, peut-être pourraient-ils, dans deux jours, lancer un appel à la résistance dont on serait en droit d’attendre qu’il produise quelques remous. Pour leur donner des idées, ci-dessous quelques pages instructives : le programme du Conseil national de la Résistance de 1944, socle de feu notre modèle social.

  1. En novlangue libérale, « enterrer » se dit « sauver », faut se mettre à la page et réviser son Littré. []
  2. Il faut dire qu’en termes d’exemplarité, ils n’ont plus rien à prouver depuis l’exemple du TCE. []

5 Commentaires

  1. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 17 juin 2010 à 6:44 | Permalien

    Vvvvvouuuuuuiiiii !! Un certain nombre de personnes -donc pas des politiques de chez politique- qui ont quelques compétences en économie ont fait dire aux chiffres ce que les économistes liés au patronat et au pouvoir ne disent pas : si toutes les personnes entre 55 et 60 ans travaillaient (la France a le taux européen le plus faible dans cette catégorie : seulement un bon tiers des personnes concernées), si tous les patrons payaient leurs cotisations obligatoires, ne srait-ce que cela, le trou de la sécu n’existerait pas. Mais voilà, on préfère nous prendre pour des imbéciles, au sens étymologique du terme : des gens pas assez intelligents pour comprendre.
    Donc, cela n’a pas d’importance de reculer l’âge de la retraite. Sauf que les personnes mises hors du circuit à 53 ou 55 ans devront attendre deux ans de plus pour faire valoir leurs droits. Mais c’est pas grave : c’est un autre fonds social qui prendra en charge. Et après, on réduira les indemnités de ce fonds qui arrivera à essoufflement. CQFD.
    C’est sûr que pour être politique, on peut travailler jusqu’à 80 ans en étant toujours aussi con.
    On n’est pas sorti des ronces….

  2. Pascale Ballarini
    Publié le 21 juin 2010 à 9:28 | Permalien

    J’en peux plus de cette novlangue libérale. J’en peux plus ce ces conneries, de ces mensonges, de ce mépris. De ces techniques d’annonce : le président ( ELU et ça aussi c’est très énervant) pense que 63 ans ce serait pas mal, mais d’autres plutôt 62. Alors ouf, c’est 62. On a évité le pire. Et peut-être même, qu’a la rentrée, on pourrait rediscuter.Torpillage de manifs?
    Et l’allongement de la durée de vie : comme tu le dis fort bien il résulte de moins de travail , de meilleures conditions de vie, d’hygiène. …pour la plupart acquises de haute lutte. Et en voie de disparition (chômage, harcèlements divers au travail, pollution, addictions, destruction des services publics, en particulier de la santé et de l’éducation…).

    Le 18 juin, sur la même radio, Albert Jacquard disait :
    “En juin 1940 un français plus lucide que la plupart de ses concitoyens les a appelé à un sursaut pour que survive leur patrie. Aujourd’hui le risque est plus dramatique encore : ce n’est plus une nation qui est en danger, c’est l’humanité elle-même…Les humains doivent faire face à deux ensembles de menaces : d’une part celles que leur impose les contraintes et les limites de la planète, d’autre part leur propre aveuglement qui les incite à lutter les uns contre les autres dans une compétition acharnée alors que leur aventure collective exige une coopération généralisée. Tout est prêt soit pour un brutal suicide nucléaire de notre espèce, soit pour un long enlisement dans les inégalités et les injustices provoqué par l’économie triomphante. Cependant l’avenir n’est pas encore écri.t. L’avenir est entre nos mains si nous le voulons”.
    Il est temps de désobéir. Et ce n’est pas l’invité de ce matin, toujours sur la même radio ( un certain Finkelkraut) qui va me faire changer d’avis. Pour calmer la contraction gastrique il eût fallu largement dépasser la dose maximale d’un quelconque médicament anti-nauséeux, dit actuellement de confort.

  3. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 22 juin 2010 à 7:21 | Permalien

    Bien, la “pub” pour “Les jours heureux”. A lire absolument. Comme d’autres livres et entre autres les bio des certains de ces personnages, gens qui se sont crus et dits ordinaires, Stépane Hessel, Raymond Aubrac, Germaine Tillion…Renvoi aussi, sur un autre sujet mais aussi brûlant, le tribunal Russell sur la Palestine dont Stéphane Hessel est un des initiateurs.

  4. Ninette dit
    Publié le 23 juin 2010 à 20:05 | Permalien

    Je lirai ”les jours heureux” Claude l’a déjà fait. Il faut que demain il y ait foule dans la rue, j’irai! ….. mais allons-nous enfin
    pouvoir former un agglomérat qui permettra de faire sauter la racaille qui parade avec son économie de marché?
    On a beau avoir envie d’être heureux…. on n’y arrive pas tant tout fout le camp. Tous ceux qui sont partis la fleur au fusil pour
    que leurs enfants vivent dans une France de partage et de fraternité comme ils seraient horrifiés!!
    Mais nous tiendrons bon. Si inéluctablement notre planète commence son retour au néant….. A.Jacquart dit que dans 15
    milliards d’années et même avant, nous ne seront plus bâtis de la même façon…… mais qu’en conjuguant nos forces, en
    associant nos particularités, nous pouvons renverser la vapeur maintenant, alors il faut y aller.
    Merci ,mon petit fils chéri pour tout ce que tu écris et pour ta façon d’analyser. CONTINUE!!!

    • Publié le 6 juillet 2010 à 19:16 | Permalien

      Merci pour vos commentaires ! J’ai des envies de meurtre à chaque journal radio… heureusement que je ne regarde pas la télé !
      Les retraites sur lesquelles la presse se garde bien de produire une analyse détaillée de la réforme (à part la semaine dernière dans Politis), mais présente la chose comme si tout était déjà réglé, les coupes budgétaires que le secrétaire général de l’Élysée préfère annoncer à un journal financier anglais que le Premier ministre au Parlement, l’annonce de nouvelles fermetures de services dans les hôpitaux qui n’émeuvent personne, et ces petits barons qui se drapent dans une ridicule ingénuité à mesure que s’accumulent les preuves de leurs malversations… quand est-ce qu’on se réveille ?
      Ça vaut ce que ça vaut, mais j’ai signé l’appel à la grève générale à partir du 7 septembre. Ça m’a fait du bien. On finira par les avoir.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework