Ne me demandez pas ce qui s’est passé dans le monde dimanche 23 août

À partir de sept heures du matin, Céline a des contractions environ toutes les vingt minutes.

À partir de neuf heures, toutes les dix minutes.

Puis 10h08, 10h18, 10h28, 10h38, 10h49, 10h57, 11h10, 11h18, 11h25, 11h33, 11h42, 11h50, 12h.

Au téléphone, la sage-femme de garde demande si Céline arrive à gérer les contractions, la réponse est oui. Alors restez autant que possible à la maison, et venez quand vous le sentirez. Nous déclinons l’invitation à manger de Marich pour le midi — elle passe tout de même avec Cyril nous apporter un petit poste pour écouter des CD à la maternité.

12h19, 12h30, 12h36, 12h43, 12h50.

Bain chaud, soulagement temporaire des douleurs. À 13h10, dans le bain, rupture de la poche des eaux. La force des contractions s’intensifie. À partir de celle de 13h29, elles sont vraiment douloureuses. À 14h03, nous fermons la porte de l’appartement. Une contraction cloue Céline en haut de l’escalier, une autre la saisit pendant le trajet en voiture, deux encore dans les couloirs de la maternité.

Après les vérifications d’usage, installation sur la table d’accouchement sans passer par la salle de travail à 14h41, col ouvert à cinq, six centimètres. Il faut souffler pendant les contractions de plus en plus violentes, et reprendre son souffle pendant les accalmies  de plus en plus courtes. Les conseils de Kristel, la sage-femme qui nous a préparés, nous permettent de trouver la position qui soulage Céline au mieux : assise au bout de la table, penchée en avant et les bras tendus autour de mon cou. Repos dans les coussins. Pendant ce temps et jusqu’au bout, Good Arrows de Tunng tourne en boucle sur le petit poste rouge de Marich.

À 17h20, le col est ouvert à neuf centimètres. Cette fois il faut pousser. Pas de péridurale : ça fait (très) mal, mais dixit l’intéressée après coup, c’est supportable — après coup. À 18h, on fait venir le gynéco de garde pour envisager la pose d’une ventouse. C’est elle qui aide Gaspard à émettre son premier grognement (contrairement à sa mère, il ne crie pas) à 18h10. Il a des cheveux et les yeux grand ouverts.

Pour vérifications internes et suture de l’épisiotomie, on endort Céline vers 18h30. Gaspard et moi passons l’heure suivante, seuls, lui nu, moi non, sous une lampe qui chauffe l’air à trente-huit degrés. Il lève déjà le poing bien haut et n’a pas une heure quand je prends cette photo :

Gaspard, yeux ouverts, poing levé

On passe le temps en discutant — surtout moi. Vers 19h30, j’en suis à lui raconter comment Céline et moi nous sommes rencontrés, un jour de juin 2002, quand on nous annonce que nous pouvons aller la retrouver. Elle est bardée de fils multicolores, un peu dans les vapes mais souriante de béatitude. On nous laisse un moment avec les bips des machines. Je remets le disque, toujours le même, et Gaspard s’engage dans sa première têtée avant de s’endormir.

À 21h, nous prenons nos quartiers dans la chambre 164 du Pavillon de la femme et de l’enfant, hôpital de Saint-Brieuc, service public, France. Derniers mots échangés avec Virginie, la sage-femme, et Anita, l’aide soignante qui nous ont aidés pendant cet après-midi. Remerciements fatigués mais heureux. Bal de l’équipe de nuit, soins et conseils, repas pour Céline — ces viandes en sauce insipides, c’est le côté obscur du service public, mais je ne suis pas sûr qu’ils fassent mieux dans le privé. Coups de téléphone. Il est 23h30 passées quand je laisse Céline et Gaspard pour la nuit.

Minuit : je gare la voiture et j’entends Jean-Marc présenter les programmes de la nuit sur France-Inter. J’ai bien envie de l’appeler — ça fait deux mois que je lui ai promis de le rappeler la semaine prochaine, mais pas le courage. Pain pâté, crêpe chocolat, carte mémoire.

À 1h30, le mail alertant tous les pingouins d’ma galaxie part dans l’ether. Premières réponses : Jiess à 1h33, Ulf à 1h53. Puis Léonie à 4h51 (pas de mérite, elle est au Mexique), Élise à 5h10, Jean-Marc à 5h21, Aline à 7h50, Jean-Louis à 8h20… merci à toutes les fées, virtuelles ou non, qui viennent se pencher sur ton berceau, et longue vie à toi, Gaspard.

6 Commentaires

  1. kiki
    Publié le 25 août 2009 à 11:12 | Permalien

    Encore félicitations aux jeunes parents, on vous souhaite plein de bonnes choses! Bienvenue à mon premier petit neveu Gaspard qu’on a hâte de rencontrer!
    Profitez-en bien, ils grandissent TROP VITE!

  2. Ninette dit
    Publié le 26 août 2009 à 14:36 | Permalien

    Quelle aventure, hein mon petits fils chéri, elle laisse des traces profondes et voire naître un enfant est quelque chose de bouleversant n’est ce pas? Bravo à vous 2 pour l
    l’avoir fait si beau. Son attitude est significative, ce sera un battant. Longue et heureuse vie à lui et profitez au maximum de sa tendre petite enfance, car comme le dit Kiki, ça passe tellement vite. A bientôt , j’espère.

  3. Publié le 14 février 2010 à 22:33 | Permalien

    C’est encore plus émouvant de lire ça alors qu’on m’a dit il y a 10 jours que je ne travaillerai plus jamais sur la moindre antenne de Radio France.

    • Publié le 14 février 2010 à 23:18 | Permalien

      Ah les vaches ! Et comment on va faire, pour le prochain bébé ?

      Je te souhaite en tout cas de pouvoir rebondir vite après cette assourdissante nouvelle.

    • Publié le 17 mars 2017 à 11:44 | Permalien

      Very sad to read Kumbi’s story. Wish all vets were this wonderful. My one cat is almost 11 years old and she has been to at least that many vets. The search for an excellent vet is never-ending.My vote is for this Tru Hero story!!!

    • Publié le 24 mars 2017 à 13:00 | Permalien

      Hello, my family and I are interested in your puppies. Can you let me know if you currently have puppies available and if not when you will.Thank you.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework