Festivals d’été

Cet été, j’ai vu :

  • Ronan Tablantec à Carantec, en ouverture du Festival des arts de rue de Morlaix, le FAR. Grinçant, mordant, hilarant.
  • Chet Nuneta au Festival du bout du monde à Crozon, quatre filles qui chantent et un gars qui percussionne, petite pastille de bonheur.
  • Calico aux Nocturnes de Saint-Brieuc. Bon, c’est gentil, Calico. M’a au moins permis de faire une photo pas trop mal.

Calico aux Nocturnes de Saint-Brieuc, le 7 août 2008

Cet été, je n’ai pas vu :

  • L’arrivée de la deuxième étape du Tour de France à Saint-Brieuc et les concerts qui ont suivi — nous étions en vacances loin de là et sans regret.
  • Radiohead à Arras, seule date européenne où il restait des places quand j’ai voulu m’en occuper, mais seule date européenne à laquelle nous étions en vacances loin de là.
  • Sonic Youth à Saint-Nazaire, dans le cadre de l’exposition qui leur est consacrée au LiFE, mais ce jour-là, nous étions au Festival du bout du monde.

Mais surtout, cet été, j’ai appris les nouveaux tours des contrebandiers de festivals. Vous savez en effet que nous vivons dans une société où la confiance est maximale grâce à des dispositifs de sécurité pertinents, permanents et efficaces. Afin de barrer la route et le chemin de la grande scène au terrorisme international, il est, depuis plusieurs années déjà, interdit d’entrer dans les festivals qui se respectent avec une bouteille d’eau munie de son bouchon, des fois qu’il nous prenne l’envie d’en faire un projectile irano-taliban. Soit on dépose son bouchon à la fouille, et on s’en fout partout et on renverse la moitié de la bouteille avant même d’avoir eu soif, soit on passe un bouchon en fraude dans son slibard, et on rejoint le camp des hors-la-loi qui ne manqueront pas de se retrouver un jour à Guantanamo, et là, vous rigolerez moins, c’est moi qui vous le dis.

Malgré les précautions prises par le gang des bouchons-dans-le-slip, les barbouzes ont bien dû finir par découvrir cette ruse de sioux. Ils nous ont cafté aux directions des festivals qui, ne reculant devant rien pour améliorer le confort et la sécurité des spectateurs, ont carrément décidé d’interdire toute forme de bouteille, avec ou sans bouchon. On peut donc crever de soif en paix, ou faire la queue au robinet près des barrières pleines de pisse… ou encore acheter une bouteille à la buvette, avec bouchon mais garantie sans explosif islamiste international.1

Si l’on ne se résoud pas à cette pseudo-alternative qui nous ferait rejoindre le camp des collabos à ce système qui n’apaise les gorges qu’en assèchant les porte-monnaies, on va plus loin dans la ruse de sioux. La palme de la débrouille festivalière est décernée cette année, à l’unanimité et avec les félicitations du jury-résistant, à Cathy et Nolùen, qui ont refilé le truc à toutes les copines.

Il s’agit de réutiliser des emballages vides de compotes à boire, vous savez, Pom’Pote et consorts. Ça ressemble à des flasques en plastique mou avec un bouchon dévissable. Ça, c’est pas interdit à l’entrée des festivals. Pas encore. Car quand c’est vide, ces petites choses jetables mais résistantes, ça peut se remplir à nouveau. De Martini pour nos siouxesses-en-chef, ou de pastis, ou de que sais-je encore, l’esprit du festivalier étant, en la matière, particulièrement ouvert et fécond.

Petit conseil des professionnelles : après nettoyage, bien souffler dans le récipient pour que la contenance soit maximale. Un petit entonnoir ou une seringue de gavage (véridique!) font ensuite l’affaire. Vous remarquerez que l’astuce est contraignante et demande une longue préparation : il faut ingurgiter pendant l’année suffisamment de compote industrielle pour tenir le coup le moment venu (trois jours de festival + camping), ou alors avoir de jeunes cousins qui veulent bien garder les emballages. Mais la convivialité, mes amis, est à ce prix.

  1. Au Bout du monde, c’était en fait: pas d’alcool. Avec une bouteille d’eau et après vérification visuelle du contenu, je suis passé. Aux Vieilles Charrues, certains de ceux qui sont tombés sur un vigile pas regardant et qui avaient bien enroulé leur petite bouteille dans un pull ont pu passer également : les vieilles ruses fonctionnent encore parfois, mais ça devient difficile… []

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework