Le jour où j’ai voté à droite

La gauche (enfin, la gauche, le PS) a pris la Cabri, Communauté d’agglomération briochine. Trois villes de plus dans son giron: Yffiniac dès le premier tour, Plérin et Pordic ce soir. Mais la gauche (enfin, la gauche, le PS, ainsi que le PC et les Verts qui se sont enchaînés à lui) n’a pas su reprendre Saint-Brieuc, la préfecture des Côtes-d’Armor, que lui avait ravi en 2001 Bruno Joncour, Modem s’étant allié avec l’UMP. Pour tenter de le battre, la gauche (enfin, vous voyez ce que je veux dire) s’était choisi Danielle Bousquet, ancienne co-directrice de campagne de Ségolène Royal, qui avait été largement majoritaire ici au second tour de la présidentielle, et députée largement réélue l’an passé. Quoi, la gauche (enfin…) n’avait personne qui n’aurait pu être taxé de tentative de cumul des mandats? En tout cas, personne d’autre n’aurait pu espérer l’emporter. Une candidature par défaut, donc. Un premier tour très serré: Joncour en tête, mais la gauche (toute la gauche) légèrement en avance au décompte des voix. Plus 40% d’abstention pour corser les pronostics. La droite part en chasse. Le PS et la LCR discutent en vue du second tour, mais ne s’entendent pas. La droite repasse.

Sur France 3, Danielle Bousquet vient de déclarer, pour expliquer sa défaite: «La LCR a donné ses voix à la droite». Car la «gauche» a perdu de 8% (54/46), soit le pourcentage que faisait la Ligue au premier tour (8,52%). L’autre gauche, celle qui se dit antilibérale et qu’on dit extrême, aurait donc voté à droite. On ne peut pas nier que ce genre de réflexe existe, mais de là à représenter 8% des exprimés, ça fait beaucoup.

Observons donc les résultats.
1er tour
Bruno Joncour (Modem): 8394 voix, 44.71 %
Danielle Bousquet (PS): 7533 voix, 40.12 %
Samuel Burlot (LCR): 1600 voix, 8.52 %
Jacques Melet (dissident droite): 718 voix, 3.82 %
Alain Le Fol (LO): 347 voix, 1.85 %
Pierre Lo Monaco (PT): 184 voix, 0.98 %

2e tour
Bruno Joncour: 10543 voix, 54.28 %
Danielle Bousquet: 8879 voix, 45.72 %

À ses voix du premier tour, Bousquet en ajoute 1346 (soit l’extrême gauche moins 785), alors que Joncour gagne 2149 voix entre les deux tours, bien plus que les 718 de sa dissidence. Il l’emporte de 1664 voix.

Les irresponsables de gauche qui, comme moi, ont voté LCR au premier tour, et blanc (ou se sont abstenus) au second, sont donc pour une part dans sa défaite. Mais si on ajoute les 785 voix «manquantes» au score du PS, ça ne suffit pas: il en faudrait encore 859 pour égaler celui de Joncour. Comme en 2001 et de manière amplifiée cette fois-ci, puisque l’écart est plus important, c’est la mobilisation à droite qui a fait la victoire de Joncour. On verra demain si les analystes sont d’accord avec moi.

Je ne dis pas ça pour me rassurer, mais parce que la petite phrase de Bousquet m’a énervé. Plus facile de rejeter la faute sur d’irresponsables extrémistes que de se poser des questions. M’avait énervé aussi le fait de voir s’ajouter sur ses affiches, entre les deux tours, un bandeau «S’abstenir, c’est voter à droite!». Elle s’était bien abstenue, elle, députée, en février, lors de la réunion du Congrès, alors qu’on sait que si le PS avait voté contre la révision consitutionnelle, Sarkozy aurait dû avoir recours au référendum pour adopter (ou pas) la constitution européenne.
À ce propos, je vous livre un petit échange de mails avec la candidate, qui part d’un truc trouvé dans un bloc-notes de Bernard Langlois dans Politis et de mon agacement de voir un commentaire de ma pomme sur son blog rester «en attente de modération» plus de 24h (il est toujours dans ce non-état aujourd’hui).

Samedi 8 mars, 19h09
Bonjour,
Puisque personne n’a l’air de vouloir s’occuper de la modération de mon commentaire, qui attend depuis plus de 24h sur votre site, je me permets de vous l’envoyer par mail:

Mme la députée qui aimeriez également être maire,
Vous souhaitiez un référendum sur le traité de Lisbonne (promesse de campagne de S. Royal). Pour l’obtenir, votre stratégie fut de vous abstenir lors du vote du congrès de Versailles. En tant que représentante du peuple, vous êtes un modèle pour le simple citoyen que je suis. J’adopterai donc votre logique aux élections municipales. Pour obtenir votre élection à Saint-Brieuc, je m’abstiendrai donc et demanderai à tous mes amis de s’abstenir.
Sincères salutations démocratiques,
L. Ballarini
Saint-Brieuc

Jeudi 13 mars, 10h39
Cher Monsieur
J’ai parfaitement lu votre message en son temps. Votre décision est prise de vous abstenir. C’est votre droit, même si le fait de vous abstenir dimanche prochain équivaut à voter à droite. C’est votre choix ! Bien à vous. Danielle Bousquet

Jeudi 13 mars, 16h49
Bonjour,
Et merci de votre réponse, qui montre que vous avez parfaitement compris ce que je vous reproche: dire que l’on veut un référendum et s’abstenir au seul scrutin qui aurait pu y conduire, c’est voter contre ses propres promesses.
Cela étant, rassurez-vous, j’ai pris mes responsabilités et, malgré cette petite provocation, je suis allé, dimanche dernier, voter pour qui se rapproche le plus de mes idées. Quant à dimanche prochain, c’est une autre affaire. Cela ne serait pas la première fois que je vote pour vous au second tour, mais j’ai du mal à me convaincre cette fois-ci.
Cordialement,
L. Ballarini.

Un commentaire

  1. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 19 mars 2008 à 9:17 | Permalien

    Bien, bien, mon neveu. Comme disait le Sigmund de chez Freud : “On commence par céder sur les mots et on finit par céder sur les choses”.
    Belfort. Ah, Belfort ! Le PS et le MRC ont rivalisé avant le premier tour pour séduire (voir le livre de Philippe Breton, pas l’ex-ministre gangster, qui explique que la séduction fait partie des techniques de manipulation) dangereux extrémistes (LO, LCR), verts, société civile…(Pour cacher que, sans eux, ils auraient bien du mal à faire leurs listes. Avec eux aussi, d’illeurs). Tout en se rongeant mutuellement et conscienseusement le foie. Tout le monde se rabiboche pour le second tour, quand les chefs se sont répartis les postes et que le score de la liste menée par le PS culmine à 13%. Du coup, nous sommes largement couillonnés. Mais puisqu’on vous dit qu’on s’r’aime ! La preuve, la bonne entente n’a pas passé le soir du second tour : le MRC et le PS se sont violemment accrochés à propos de la perte de Valdoie passée à droite après 80 ans de gestion de gauche et la perte de 2 sièges de conseillers généraux pour le MRC. Ce qui fait qu’à un poil près le PS peut se passer du MRC au conseil général. Mais puisqu’on vous dit qu’on s’r’aime !
    Cela dit, la liste du dauphin de JPC, que nous connaissons fort bien dans la famille depuis de longues années, fait 48% (soit 10 points de plus que la première liste de droite)…avec 40% d’abstentions et grâce à un benet psycho rigide qui a imposé une deuxième liste à droite.
    J’ai oublié de dire que je fais partie de ces 40% de mauvais citoyens qui sont restés chez eux parce qu’ils n’ont pas voulu croire qu’il y a un projet politique derrière toutes ces ambitions.
    Inutile de dire que les cadres administratifs ont tous sauvé leur peau et que la gestion de la mairie va continuer telle que. Avec peut-être quelques modifications mais dont le résultat sera, pour moi, insignifiant face à la soif de pouvoir.
    Pour mémoire, le candidat de droite avait exhumé un rapport récent de la médecine du travail, que la gauche sortante n’a pas contesté, qui précise que 10% des employés de la mairie font état d’épuisement (définition : écart entre les valeurs auxquelles on croit et les conditions d’exercice des fonctions) quand ce n’est pas de harcèlement moral……

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework