Flapatafla

Ce week-end, c’est le Festival international du tambour à Saint-Brieuc. Il y a des tas de pingouins déguisés en soldats napoléoniens, avec de ces gros chapeaux pas possibles que je sais plus comment ça s’appelle mais Anne-Martine va nous dire ça, qui défilent dans les rues en faisant ram et plam, et ram plam plam — et même des citoyens qui les suivent docilement ! Alors, pour tous ceux qui aiment la musique, deux suggestions:

  • le génial djembéfola Adama Dramé, mercredi 18 juillet au centre culturel de Plouha.
  • le fantastique trio de jazz Ky, tout l’été au Japon. Maki et Yann y sont déjà depuis quelques jours, Thomas prend son avion ce soir et ma parole, ça va déboîter grave !

5 Commentaires

  1. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 10 juillet 2007 à 8:46 | Permalien

    Sont-ce des bicornes ou des shakos ? Sans le dessin, j’ai du mal !

  2. Publié le 15 juillet 2007 à 12:17 | Permalien

    C’est ça, des shakos! Quoiqu’en y réfléchissant, il devait y avoir aussi des bicornes… Merci Anne-Martine! Et les énormes machins en peluche noire style garde anglais de Buckingham, ça s’apelle comment?

  3. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 17 juillet 2007 à 13:36 | Permalien

    Historiquement, le bonnet à poil (ansi se nomme-t-il) vient avant le shako. En france, il était porté par les grenadiers…enfin, les troupes à pied. Y en a des qui se sont rendu compte que c’était pas terrible du point de vue pratique, surtout que ça pouvait atteindre dans les 50 cm. (Eh, au fait, c’était pas dela peluche mais de la fourrure d’ours). Du coup, ils ont invitenté le shako qui existe aussi en fourrure mais format réduit par rapport au bonnet à poil en en matière rigide avec des breloques sur le devant et un plumet, préfigurant le képi.
    Voilà, voilà, voilà.
    Bon soyons justes, merci Wikipedia et Google. On ne peut pas être en vacances et faire des recherches sur l’internet, hein !
    Au fait, bonnes vacances.

  4. Anne-Martine VUILLEMOT
    Publié le 17 juillet 2007 à 13:38 | Permalien

    Invitenté…C’est nouveau, ça vient de sortir. Ça m’apprendra à relire.

  5. Publié le 18 juillet 2007 à 22:04 | Permalien

    De la fourrure d’ours! On croit rêver… Quand ils ne s’entretuaient pas, qu’ils ne pillaient pas les villages et ne violaient pas les paysannes, nos soldats n’avaient donc rien d’autre à faire que de garder la main en chassant l’ours! La hauteur du bonnet étaient-elle proportionnelle à la bravoure au combat? Ç’aurait été une erreur: on aurait repéré de loin les meilleures recrues… Enfin, tout est possible en matière de décisions esthétiques des grands chefs de guerre: n’a-t-on pas vu les troufions de 14 monter à l’assaut avec gants blancs et pantalons garance (joli mot pour rouge)?

Un trackback

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework