Le mépris de l’empereur

Le Nisshin Maru, navire-usine de la flotte japonaise de pêche à la baleine, est en perdition à moins de cent milles de la plus grande colonie au monde de manchots Adélie. Dans ses soutes, 1,3 million de litres de pétrole. Ce qui se passe en ce moment à proximité de l’Antarctique, en mer de Ross pour être précis, pourrait donc provoquer une catastrophe écologique d’envergure. Dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 février, un incendie s’est déclaré à bord du bateau. Un marin en est mort, dont le corps n’a été retrouvé que deux jours plus tard. Depuis cet incident aux causes toujours inconnues, le navire est sans propulsion.

Comme il se doit entre gens de mer, le navire le plus proche a proposé son assistance. Coup de chance: il est vraiment tout près – moins d’une journée de mer. De plus, c’est un ancien navire de lutte contre les incendies, qui dispose d’équipements de remorquage. Son capitaine a dix ans d’expérience sur un remorqueur de sauvetage. Il pourra donc aisément tirer le Nisshin Maru vers le nord. Mais pas de bol: lEsperanza appartient à… Greenpeace. Il se trouvait dans le coin pour surveiller la chasse à la baleine, sous le coup d’un moratoire que le Japon outrepasse chaque année pour raisons «scientifiques». Il y a un paquet de chercheurs qui vont au restaurant, au Japon… Bref, l’Agence des pêches du Japon a refusé l’aide de Greenpeace, qualifiant l’organisation de «terroriste».

C’était il y a bientôt quatre jours. Greenpeace a renouvelé son offre d’assistance, tandis que le gouvernement japonais refusait de répondre aux question de la presse à ce sujet, se contentant d’affirmer que le Nisshin Maru ne présentait aucun danger et que les autres navires de la flotte baleinière pourraient très bien le remorquer si besoin. Rien n’a donc bougé. Ou plutôt, si: le Nisshin Maru a bougé. Il s’est rapproché de la banquise. Pour l’instant, le temps est plutôt calme, et le sauvetage paraît encore possible dans de bonnes conditions. Mais c’est la fin de l’été, là-bas. Et l’hiver peut arriver vite, très vite. On sent monter la tension et la colère dans l’équipe de l’Esperanza, qui reste en vue du Nisshin Maru depuis samedi, et raconte ça sur son blog (l’original en anglais ici et sa traduction française ).

Seul le gouvernement néo-zélandais, responsable de la sécurité maritime dans la zone, a pour l’instant demandé au Japon d’intervenir et d’accepter l’offre de Greenpeace. Par chez nous, nib. Malgré toutes les leçons données à chaque épandage de fioul sur les côtes bretonnes… Qu’est-ce qu’on attend pour se réveiller ? Que les manchots lancent une pétition ?

Et que fait notre belle presse ? Ce matin, cette histoire faisait la une de la tageszeitung, en Allemagne. Mais pas un mot dans les journaux français. Juste quelques dépêches AFP, dont on retrouve trace sur les sites du Monde, de Métro, de Yahoo ou d’AOL. Il y a pourtant de quoi s’inquiéter: pas besoin de cogiter longtemps pour comprendre qu’en cas de marée noire, les environs ne sont guère équipés et que les ramasseurs bénévoles ne courent pas les icebergs. Sans compter que, dans ces eaux glacées, nul espoir que le pétrole se dissolve rapidement.

Ajout du 22 février: une carte pour savoir où se trouve le Nisshin Maru. Le navire s’est rapproché des« côtes » ces derniers jours. La glace s’étend. Le Japon continue de refuser l’aide de Greenpeace.

Ajout du 28 février: ça y est, ils sont partis! L’équipage du Nisshin Maru a finalement réussi à faire redémarrer le navire samedi 24. Aujourd’hui, il vient de passer le 60e parallèle sud. La saison de pêche à la baleine s’achève prématurément, après neuf jours d’angoisse et de dérive(s). Si seulement cela pouvait être la dernière…

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework