Sortez vos règles

Voici la reconstitution d’une petite expérience sonore, découverte par accident cet après-midi et reproduite alors que le soleil dardait ses derniers rayons sur le port de Paimpol.

Il vous faut :

  • 1) un chantier de rénovation quelconque, pris à son stade isolation,
  • 2) une règle en aluminium de deux mètres de long,
  • 3) des billes de polystyrène.

Protocole :

Pendant 1), un mouvement mal contrôlé provoque la chute de 2) par terre, précisément là où des opérations préalables de découpe ont répandu 3).

On observe :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Notez l’extraordinaire tenue de la note, en réalité deux fois plus longue que ce que mes modestes moyens techniques ont permis de capter.

Notez d’ailleurs, très légers dans le fond, des tac et toc provenant vraisemblablement du disque dur. Eh oui, l’enregistrement a été réalisé avec le micro intégré de mon PowerBook : on voit ici tout l’intérêt d’un micro de qualité et d’une carte externe d’acquisition audio quand on travaille dans le bâtiment. CQFD.

5 Commentaires

  1. Publié le 8 mai 2006 à 16:27 | Permalien

    Je trouve sidérant et allarmant qu’il n’y ai aucun commentaire à ce billet. Dans quelle époque vivons nous ?

  2. Publié le 8 mai 2006 à 19:22 | Permalien

    Je suis entièrement en adéquation avec les propos tenus par le prénommé Tom et je remédie à ce sidérant manquement aux règles (jeu de mots avec le titre) de savoir vivre contemporaines comme suit :
    Tout d’abord je dirai “et les compas dans tout ça ?”.
    Ensuite, je trouve, pour ma part, assez facile et irrespectueux de faire croire aux globeurs que la note dûre deux fois plus longtemps que ce que l’on entend. Je crie au scandale, à la supercherie, à la duperie, bref au mépris des modestes globeurs mis devant le fait accompli. D’ailleurs, qui nous dit qu’il s’agit là bien d’une règle qui heurte le sol et non d’une vulgaire clôche en alliage peu résonnant frappée accidentellement par l’auteur gauche qui en a profité pour inventer cette histoire farfelue ? Enfin, quant aux tacs et aux tocs, je n’ai pas encore trouvé d’explication valable quant à leurs provenances … peut-être est-ce là l’unique vérité de ce billet abracadabrantesque …. à suivre.
    PS : Je remercie d’avance l’auteur de ne pas corriger les fautes d’orthographe, ni de faire des remarques désobligeantes à leur sujet !

  3. Publié le 8 mai 2006 à 19:22 | Permalien

    Là, il y en a un, maintenant. T’es content ?

  4. Publié le 15 mai 2006 à 16:40 | Permalien

    Oui. Et toi ?
    —-
    Il parait qu’un jour prochain tu n’auras plus d’ascenseur dans ton chez toi. J’espère bien que nous jouirons sur kartoffelkäfig d’enregistrements de chutes de boites d’oeufs et autres commisions. Peux tu nous le promettre ?
    En attendant, à quand un billet sur les ascenceurs qui vont, et qui viennent ?

  5. Publié le 15 mai 2006 à 17:46 | Permalien

    J’ai rien le droit de dire, je réserve mon avis pour les juges.

    Ce que je peux dire, c’est que oui : comme les ascenseurs, nous irons et nous viendrons, entre les pixels et entre les lignes ! Nous jouirons sur kartoffelkäfig !

Répondre à J1 Annuler réponse

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Subscribe without commenting

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework