90-10-10 ...

Le 19 mai, pour moi, a tout d’abord été le jour anniversaire de Sandra et Marie-Êve, amitiés remontant au collège et au lycée (43 ans aujourd’hui, coucou les filles !). C’est grâce à elles que j’ai fini par me souvenir que le 19 mai était aussi le jour de naissance de mon grand-père Claude, qui aurait eu 90 ans aujourd’hui. Mon autre grand-père, Robert, a fêté les siens en février. Et mes grands-mères Janine et Ninette ont fêté leurs 89 ans récemment, en février et avril. Pour Gaspard, ce sera 10 ans le 23 août, un vendredi. Et dans la nuit du 2 au 3 juin, cela fera aussi 10 ans sans P’tit Jules

Sous l’arche rébarbative de la Porte Noire, ...

Ce soir, au moment de commencer la lecture avec M. 9 ans, nous en étions à la page 1234 du Seigneur des Anneaux. Demain nous attaquons le livre sixième, dernière partie de cette aventure commencée en octobre, et pour laquelle il nous reste un peu moins de 200 pages…

En France, tout finit toujours par des chansons ...

En cette veille de nouvelle manifestation des Gilets jaunes (et de marche pour le climat), et probablement de nouvelle vague de répression policière tout autant que de surdité politique, remettons-nous en à l’expertise de deux grandes dames. C’est la séquence autrices-compositrices-interprètes.

La parole est d’abord à Mme Brigitte Fontaine :

Maquereau du populo
va te faire voir
v’la le grand soir
grand capital promis au pal
tu es fini, vive la chienlit
petit pays on t’aime beaucoup
petit marquis toi tu t’en fous
frères humains
prenez nos poings
sisters brothers
adieu misère
Macron maquereau du populo
Macron maquereau du populo
Macron maquereau du populo
Macron maquereau du populo

La parole est maintenant à Mme Agnès Bihl :

Merci pour votre attention, et n’oubliez pas de sortir couvert·e·s.

La guerre sans fin ...

Sonné par le discours de François Hollande tout-à-l’heure. On va modifier la constitution pour quoi ?

Guerre. Éradication. Guerre. Répression. Guerre. Déchéance de nationalité. Guerre. Fermeture des frontières européennes. Guerre. Expulsions. Guerre. Guerre. Guerre.

Rien sur les causes : ni sur les responsabilités de la France et de l’Europe dans le délitement du Moyen-orient, ni sur ce qui pousse, aujourd’hui, de jeunes Français à partir pour le djihad.

Comme seule réponse, la guerre encore et la guerre toujours.

Comme si la promesse de l’éradication de Daech par les bombes pouvait être tenue.
Comme s’il suffisait — sordide calcul — de doubler Sarkozy sur sa droite pour sauver la peau du PS aux régionales, et peut-être aussi à la présidentielle.

La stratégie de la guerre sera un échec. Il y aura de nouveaux attentats. Et le PS portera une responsabilité historique, celle de s’être engagé à corps perdu sur une pente droitière qui ne peut que profiter au Front national. Car si ces mesures-là ne suffisent pas — et elles ne suffiront pas —, il en faudra d’autres, toujours plus répressives et régressives, toujours plus éloignées de ce qui devrait être le référentiel des «socialistes», et toujours plus proches de l’autoritarisme, de la surveillance et de la répression généralisée.

Monsieur le président de la République, tu viens de faire une grosse, une énorme, une historique erreur. Mais soyons heureux. Nous allons rejoindre notre grand-frère étatsunien, qui n’en peut plus de l’alimenter depuis quinze ans, la guerre contre le terrorisme. La guerre infinie.

Aether Child Theme by altamente decorativo & bendler.tv | built on Thematic Framework